• Flux RSS
  • Contact

 

 

ENVIRONNEMENT

 ► Lâchers de ballons et lanternes interdits

En raison du risque d'incendie et de dégradation environnementale, les lâchers de ballons et de lanternes sont interdits par arrêté préfectoral dans tout le département du Bas-Rhin à compter du 1er septembre 2019.


 

► CHENILLES PROCESSIONNAIRES

Les périodes printanières et estivales s'accompagnent très fréquemment de signalements concernant des démangeaisons ou éruptions cutanées affectant la population, principalement sur les zones découvertes du corps (jambes, bras, mains, torse et dos).

Certains signalements peuvent être liés à des proliférations importantes de chenilles processionnaires du chêne, urticantes, présentes dans les forêts, parcs et jardins. La région Grand Est est, chaque année, particulièrement touchée par ce phénomène.

Une page du site internet de l'Agence Régionale de Santé Grand Est dédiée à la problématique des chenilles urticantes renseigne sur les mesures de protections et les mesures à prendre en cas d'exposition et/ou de présence de chenilles :

https://www.grand-est.ars.sante.fr/index.php/chenilles-urticantes-0 

 

Voici quelques informations complémentaires :

- la chenille processionnaire du chêne est spécifique du chêne. S'il est constaté des chenilles sur des arbres qui ne sont pas des chênes sur la période qui s'étend du mois d'avril au mois de juin, ce sont d'autres chenilles, qui peuvent être inoffensives.

  • Comment se protéger lors d'une promenade en forêt ?

1 - L'une des premières précautions est de ne pas s'approcher de ces chenilles ou de leurs nids et surtout de ne pas les toucher ;

2 - ne pas se promener sous un arbre porteur d'un nid ou de chenilles ;

3 - porter des vêtements protecteurs (manches et pantalons longs, couvre-chef et éventuellement lunettes) ;

4 - Eviter de se frotter les yeux en cas d'exposition mais aussi pendant et au retour d'une balade ;

5 - en cas de doute quant à une exposition aux poils de chenilles, prendre une douche et changer de vêtement en rentrant

  • Quelques conseils aux riverains de forêts et d'arbres infestés :

1 - ne pas sécher le linge dehors surtout par temps venteux ;

2 - laver soigneusement les fruits et légumes du jardin ;

3 - prendre garde en tondant la pelouse ;

4 - ne pas laisser jouter les enfants à proximité d'un arbre infesté et à distance, les munir de vêtements protecteurs (manches et pantalons longs, couvre-chef et éventuellement lunettes) ;

5 - éviter de se frotter les yeux en cas d'exposition ;

6 -  en cas de doute quant à une expostion aux poils des chenilles, prendre une douche et changer de vêtements.

L'exposition aux poils urticants des chenilles s'accompagne de symptômes (éruptions cutannées, démangeaisons, conjonctivites, toux irritatives, etc.) qui sont dans la majorité des cas peu sévères. En cas d'apparition de signes sévères ou de symptômes tels que malaises, vertiges, vomissements, il est recommandé de consulter rapidement un médecin ou un service d'urgences.

  • Quelques conseils concernant la lutte :

- recours à la lance à eau ou au nettoyeur haute pression : cette technique permet de noyer les nids et de les faire tomber, l'eau alourdissant les poils et les empêchant de voler. Ainsi  il est possible de les ramasser dans une atmosphère humide, en veillant à porter les équipements de protection individuelle adéquats (gant, lunettes de protection, combinaison jetable, bottes, masque de protection respiratoire, etc) avant de les incinérer en prenant toutes les précautions nécessaires pour éviter que les poils ne se dispersent lors de la combustion (par exemple dans des foyers fermés, etc) ;

- un traitement biologique larvicide existe (insecticide biologiqe à base de  Bacillus Thuringiensis ssp. Kurstaki autorisé en tant que produit phytosanitaire à visée de protection des végétaux). Seul un professionnel disposant d'un certificat d'aptitude dédié peut réaliser ce traitement. en outre, sa mise en oeuvre n'est possible que pour une application par voie terrestre pendant les premiers stades larvaires du cycle de vie des chenilles ;

- les mesures de lutte alternatives comme l'installation de pièges à phéromones afin de créer une confusion sexuelle ou l'installation de nichoirs à prédateurs n'ont pour le moment pas démontré d'efficacité probante en ce qui concerne la lutte contre les chenilles processionnaires du chêne.

Le lutte contre les chenilles urticantes est une affaire de professionnels, il est donc fortement recommandé de faire intervenir une société spécialisée ou un professionnel formé pour toute intervention sur un arbre infesté.


 

cliquez pour agrandir l'image

LE FRELON ASIATIQUE

Forts de leur expérience de surveillance et de prévention portant sur l’émergence et la dispersion d’espèces impactant les végétaux, les animaux, l’environnement et la santé humaine, FREDON Grand Est et les GDS (Groupements de Défense Sanitaire) - reconnus Organismes à Vocation Sanitaire - de la Région Grand-Est s’engagent dans la lutte contre le frelon asiatique.

Ce frelon, originaire d’Asie, a été introduit en France dans le Lot-et-Garonne en 2004. Depuis, il s’étend sur tout le territoire français et la progression semble inévitable. Il est présent depuis 2015 dans la région Grand Est. Sa détection est primordiale pour pouvoir limiter son expansion sur le territoire et procéder à la destruction des nids. Ces derniers lui permettent de développer de nouvelles colonies pour l’année prochaine et ainsi continuer son invasion.

Il est connu pour être un prédateur important de l’abeille domestique, ce qui impacte bien évidemment les activités apicoles.

Ses piqûres ne sont pas plus dangereuses pour l’homme que celles des autres hyménoptères. Mais ses attaques sont souvent massives et soutenues lorsqu’il est dérangé, pouvant entraîner un risque pour les populations. Il est donc important d’informer les particuliers sur le frelon asiatique afin qu’il puisse être reconnu de tous, et ainsi de pouvoir limiter ses dégâts sur l’environnement et limiter les risques humains.

Son cycle biologique fait que les reines fondatrices de ce frelon entrent en activité au printemps pour construire un nid et créer une colonie qui sera active jusqu’à l’automne.

 

⇒ Bien reconnaître et bien signaler le frelon asiatique, cliquez ici